Projets

Système d’information nutritionnelle written on 20 Août 2008, 10.11
Dans la continuité de système d’information nutritionnelle mis en place par le Ministère de la Santécomposé entre autres de deux enquêtes Read More
Avec une superficie de 1.030 700km2, la République Islamique de Mauritanie (RIM) est un des vastes pays de l’Afrique Subsaharienne. Le pays est Read More
Les carences en micronutriments written on 11 Août 2008, 04.22
Les carences en micronutriments (Vitamine A, fer, zinc et iode) sont fréquentes etsont loin d’être contrôlées en dépit des efforts notables dans la Read More

Example of Table Blog layout (FAQ section)

Malnutrition aigue globale et sévère

  • Created
    Samedi, 07 Juillet 2007
  • Created by
    Administrator
  • Last modified
    Mardi, 27 Septembre 2011
  • Revised by
    Administrator
  • Voting
    (1 vote)
  • Favourites
    Add to favourites
  • Categories

Avec des taux de malnutrition aigue globale et sévère à 8,6% et 0,6% respectivement, les résultats préliminaires de cette enquête indiquent une baisse significative des taux de malnutrition aigue par rapport aussi bien aux données de l’enquête Nutritionnelle nationale conduite en mars 2008 (qui avait alors établi, à l’échelle nationale, les taux de malnutrition aigue globale et sévère respectivement à 12 % et 1,8 %) que des données de l’enquête MICS 2007 (avec un taux de malnutrition aigue globale à l’échelle nationale de 12,6 %).

Cette enquête contrairement aux deux enquêtes précédentes qui ont été conduites l’une au début de la période de soudure (mars 2008) et l’autre pendant la période de soudure, a été conduite durant la période post récolte d’une année de bonne pluviométrie sans urgence majeure.


On retiendra alors que les résultats préliminaires de la présente enquête énoncent une situation
qui, dans l’ensemble, sans être alarmante exige néanmoins une vigilance accrue. En effet, suivant
les références établies par l’OMS, la situation actuelle dans les zones du Sud et du Centre, avec
des taux de malnutrition aigue se situant respectivement à 14,4 % et 11,9 %, peut être
considérée comme une situation d’alerte qui requiert dès à présent le renforcement des
programmes de protection sociale et de nutrition en cours.

Cette vigilance et le renforcement des programmes d’interventions s’imposent d’autant plus que les résultats de cette enquête reflètent uniquement la situation de post hivernage et de post récolte, d’une bonne année où le risque de
crise alimentaire et nutritionnelle est en principe moindre.


Dés lors, il convient à ce stade des résultats de l’enquête, de :
1. Poursuivre le programme d’aide alimentaire ciblant les familles les plus vulnérables pour
éviter la détérioration de la situation nutritionnelle;
2. Renforcer et accélérer le programme de prise en charge systématique de la malnutrition
aiguë sévère
3. Renforcer et accélérer le programme de prise en charge de la malnutrition aiguë modérée
à travers les CRENAM
4. Définir de nouvelles stratégies de prévention de malnutrition chez les groupes vulnérables
en mettant davantage l’accent sur l’alimentation du nourrisson et du jeune enfant, l’accès
aux services essentiels de santé, l’accès à l’eau et aux informations clés de nutrition et
survie de l’enfant
5. prévoir la reconduite d’enquêtes similaires au mois de juin 2009 (période de soudure) pour
évaluer à nouveau la situation nutritionnelle des enfants durant la période de soudure.
L’utilisation des résultats des enquêtes nutritionnelles bi-annuelles, est un élément
essentiel du système national d’information dans le contexte du progrès vers les ODM.